mardi 27 janvier 2009

Soirée d'un Conseil Municipal où des vérités n'étaient pas forcément bonnes à dire...

CONSEIL MUNICIPAL 20 H au lieu de 19 H Frédéric BEATSE, adjoint au maire. Entre vous livrez " un document aussi léger ", vous obligez à suivre " les flèchages déjà flèchés ", vous accrochez les coeurs de Jo Bithume " on s'interroge à ne pas s'interroger "...etc, hier soir au Conseil Municipal, on avait choisi d'user de la formule pour alimenter les débats. J'opterai pour un survol de cette soirée très animée par des éclats de voix sur fond d' éclats de "noisettes" et "d'amendes" pas toujours honorables ! Un très long et complet exposé de Frédéric BEATSE sur tout le volet social de la ville et un bilan des indicateurs et des actions menées dans les quartiers prioritaires qui se sont soldés par une approbation du conseil municipal. Un petit bémol sur la non participation 2009 du C.G. pour la maison des adolescents; Christophe Béchu, encore leader de l'opposition municipale, a justifié ce refus en qualifiant ce projet de Maison des adolescents " à dominance psychiatrique et porté par le CESAM ".... On a assisté à un consensus entre le Président du Conseil Général, Christophe Béchu et le Maire d'Angers, Jean Claude Antonini sur les effets et les conséquences de la crise sur les finances des collectivités, surtout sur l'importance de la concrétisation des annonces de l'Etat. Une petite phrase en dit long sur la confiance que Jean Claude Antonini accorde au pouvoir " Je me demande si il y a une volonté du pouvoir.." Christophe Béchu, Président du Conseil Général, leader de l'opposition municipale et pressenti tête de liste UMP pour les Européennes. André Despagnet, grand argentier de la ville et d'ALM, adjoint au maire...
Présentation des comptes financiers et présentation du budget prévisionnel pour 2009. Comme à l'habitude, un bilan " carré " critiqué par un conseiller municipal de l'opposition (ex majorité), Daniel Dimicoli et sa grande frustation qui a voulu lui chercher des poux dans la tête sans véritablement convaincre qu'il y avait des choses à gratter. Petite phrase d'André Despagnet pour clore cet échange : " Quand on fait de la politique, la technique elle dérape "
Le Sénateur Daniel RAOUL évoquant les orientations budgétaires signale le Record absolu de l'investissement qui place ANGERS, championne des villes toutes catégories pour le soutien à l'investissement. Au sujet de la répartition de la construction des logements sociaux et résidentiels, il ajoute : " Cet équilibre me va très bien ".
Suite à ce Conseil Municipal, le n° 2 de l'opposition, L.G. , l'éternel défenseur des bailleurs " sociaux " ( qui pratiquent des tarifs de location parfois plus élevés que le secteur privé ?), va pouvoir ajouter à son répertoire "flèchage" et " clairement de manière flèché ".
Roselyne Bienvenu,
Conseillère municipale de l'opposition
Son intervention a suscité un accord consensuel de l'assemblée. Bernadette Caillard-Humeau, 1ère adjointe à la Mairie et à l'Agglo
Travaux ...- chantiers - Tram, elle n'a pas été épargnée par des critiques en provenance de la minorité qu'elle a aisément éclipsées par son excellente connaissance de ses très "lourds" dossiers. Jean Claude Bachelot, adjoint au Maire, responsable des ressources humaines,
mais pas seulement. Il se sent concerné par les ressources financières du département; ce qui, en soit, est une preuve de responsabilité politique et, c'est un intérêt certain pour le contribuable angevin. Là où " le temps s'est embernaudi "( le temps s'est gâté ), c'est après la publication du chiffrage global de l'évolution de la dette du Conseil Général entre 2004 et 2009 Budget Prévisionnel. Le leader de l'opposition, Christophe Béchu, Président du conseil Général, a tapé sur la table, s'énervant, le verbe embrouillé, le ton de la voix mal à l'aise dans l'aigu ( moi aussi, pourquoi n'aurais-je pas le loisir de m'accorder des effets de manches ? ). Il interpelle le maire, Jean Claude Antonini pour dénoncer ce "complot" organisé... Le Maire réplique qu'il n'était pas dans la confidence et, il précise qu'effectivement ce n'était pas l'endroit de débattre des finances du département. Moralité : quand on critique tout et n'importe quoi, comme le font parfois certains élus de l'opposition municipale, ils doivent bien s'attendre à recevoir des retours "perdants-gagnants". Afin d'éviter tout malentendu, je publie les chiffres entendus et relevés hier soir, sous toutes réserves : Evolution de la dette du Conseil Général entre 2004 et 2008 et Budget Prévisionnel pour 2009 Budget prévisionnel 2009 778 millions d'€uros L'évolution de la dette du Conseil Général : Au 01/01/2004....................... + 33 millions d'euros Au 31/12/2008........................+ 277 millions d'euros Au 31/12/2009........................ + 350 millions d'euros No comment !, je vous laisse au bon soin de votre calculette ... http://zen49.blogspot.com/ Courriel privé : fevrieralain@hotmail.fr

10 commentaires:

le boursicoteur a dit…

ça change tout le temps, un jour on n'a rien prêté aux banques juste une garantie financière à hauteur de 26 ou 10 milliards d'euros ?. L'Etat et les médias nous disent que si il fallait prêter de l'argent aux banques(de l'argent emprunté), le taux d'intérêts était de 8 % ?.

" L'Etat français a prêté 23 milliards d'euros à treize établissements bancaires par le biais de la Société de financement de l'économie française (SFEF) et a déjà reçu 380 millions au titre des intérêts, a annoncé mardi la ministre de l'Economie, Christine Lagarde."

" Mise sur pied en octobre dans le cadre des mesures de soutien à l'économie du gouvernement, la SFEF, qui bénéficie de la garantie de l'Etat, lève des fonds auprès d'investisseurs du monde entier, qu'elle prête ensuite aux banques."

"Le montant emprunté par la SFEF à ce jour est de 23 milliards d'euros", qui ont bénéficié aux six grands groupes bancaires français (BNP Paribas, Société Générale, Caisses d'Epargne, Banques populaires, Crédit Mutuel et Crédit Agricole) et aux filiales de Renault et Peugeot spécialisées dans le financement du crédit automobile, a expliqué Mme Lagarde au cours d'une conférence de presse."

Ces montants, destinés à être réinjectés dans l'économie sous forme de crédits aux entreprises ou aux particuliers, ont été prêtés aux banques au taux moyen de 4%." boursorama

"En contrepartie de ces prêts, l'Etat a reçu 380 millions d'euros au titre des intérêts", a indiqué la ministre." source boursorama

Anonyme a dit…

un complément d'informations au résumé de zen toujours aussi espiègle cet abonné des séances du Conseil Municipal d'Angers.

C'est un budget de combat pour affronter la crise a dit le maire, Jean Claude Antonini :

Un investissement très important de 78 millions d'€uros pour 2009 dont 15 millions d'euros sont réservés à la construction de 600 logements. Soit 36 % du budget investissement qui sera affecté au logement social et résidentiel.

Il faudra recourir à l'emprunt mais ce n'est pas un problème pour une ville comme ANGERS qui détient l'une des meilleures situations financières de France grâce à sa bonne gestion antérieure.

Si je m'en tiens aux chiffres publiés sur ce blog, ce n'est pas la même musique au Conseil Général !.
Un élu minoritaire, proche du président du Conseil Général a voulu donner des leçons au maire d'Angers sur les joies de contracter des emprunts ? " Vous paraissez avoir surmonté votre allergie à l'emprunt" dit-il au Maire ?. On voit ce que ça donne de ne pas être réfractaire. Il suffit de constater l'énorme accroissement des dettes du C.G.?.
Je ne retiendrais qu'une chose, c'est la critique déplacée de Christophe Béchu quand il avance : ..."je n'appelle pas ça un débat d'orientation budgétaire " au motif d'un document aussi léger".

Comment surnomme-t-il les débats d'orientations budgétaires au Conseil Général en les publiant dans une doc trop lourd

zen49 a dit…

Soyez modeste les leaders syndicaux, demain 29 janvier, c'est le peuple français qui manifestera son ras-le-bol dans la rue à titre personnel, en groupe de collègues ou d'amis. Alors les " j'en ai marre, j'en ai marre " de Ségolène, s'adressent, aussi, aux syndicats qui ont participé et signé la grande casse sociale et aux parlementaires de gauche, du centre... qui ont laissé, eux aussi, la France aller aller à vau-l'eau sans rien faire.
Jeudi 29 janvier 2009, les citoyens s'offrent le droit au rêve de l'égalité des chances. Laissez nous croire qu'il est encore possible de révolutionner la France.
Restez chez vous, mesdames et messieurs les parlementaires de gauche, d'extrême gauche, du centre...et (de droite). Ce jeudi particulièrement, cultivez votre passivité, vous les nantis de la République, la crise ne vous touche pas spécialement !.

Chaque jour qui passe, les charettes de licenciés se remplissent. La blessure est profonde pour celles et ceux qui se sentent rejetés après avoir passé 10, 20, 30 ans... de leur vie à travailler et à produire toujours plus pour gagner peu mais juste de quoi joindre les deux bouts.

C'est bien beau d'entendre Eric Woerth de dire aux français de retrousser leurs manches au lieu de manifester ?. Que fait-il donc ce monsieur, comme nos gouvernants, il attend peut-être un miracle américain, le sauveur Barack Obama ?. On est plus en 14-18 et 39-44 ?

borderes a dit…

Présent parmi la maigre foule des angevins lundi soir au conseil municipal, je ne peux que confirmer vos propos Zen!
En terme d'exactitude et d'objectivité, beaucoup de journalistes devraient vous imiter.

J'ai trouvé notre maire dans une forme extraordinaire, il pilote l'avion avec force et détermination, j'ai bon espoir et une grande confiance pour la traversée des futures turbulences.

Par contre, je ne peux pas en dire autant de Béchu, qui, une fois qu'il est contrarié, perd ses moyens (en réalité pas si importants que la rumeur lui donne)
Il veut avoir le dernier mot, et ce manque de modestie va lui déservir dans le futur.
Déjà au festival du scoop, il s'était rendu ridicule face à un journaliste de classe mondiale.
Ce jeune homme doit prendre conscience que sa carrière est le résultat d'un concours de circonstances favorables et non pas le résultat d'un travail de grande qualité favorisé par des moyens intellectuels hors normes.
Sa réaction lundi soir prouve mes propos, réaction parfois puérile digne d'un enfant gâté.
Si ce monsieur devient député européen, et bien il va être confronté à d'autres pointures qui sauront lui donner quelques leçons.
merci ZEN pour vos articles.

Anonyme a dit…

Des préavis, allant de 55 minutes à 24 heures, ont été déposés, par une ou plusieurs organisations syndicales, dans 77 réseaux :

Aix-les-Bains, Ajaccio, Amiens, Angers, Angoulême, Annecy, Annemasse, Annonay, Arras, Avignon, Bayonne, Besançon, Béziers, Blois, Bordeaux, Boulogne-sur-mer, Bourges, Brest, Caen, Calais, Cannes, Chambéry, Charleville-Mézières, Chartres, Châteauroux, Clermont-Ferrand, Dijon, Douai, Elbeuf, Evreux, Grenoble, Le Havre, L’Isle d’Abeau, Laval, Lens, Lille, Limoges, Longwy, Lorient, Lyon, Le Mans, Marseille, Maubeuge, Mont-de-Marsan, Montbéliard, Montluçon, Montpellier, Mulhouse, Nancy, Nantes, Nice, Nîmes, Orléans, Pau, Poitiers, Quimper, Reims, Rennes, Roanne, La Rochelle, Rouen, La Roche-sur-Yon, Saint-Etienne, Saint-Lô, Saint-Malo, Saint-Nazaire, Soissons, Strasbourg, Thionville, Toulon, Toulouse, Tours, Valenciennes, Vannes, Versailles, Vichy, Vierzon.

contribuable de droite a dit…

On a les annéees sarkozy, on a maintenant les années béchu, attendons nous à passer à la caisse
un contribuable de droite

jean marie a dit…

J'avais omis de terminer ce que j'avais à dire. ce matin madame Boutin, ministre du logement, a dit dans la matinale de canal+, je cite :
"beaucoup de choses ont changé pour le pouvoir d'achat". "Tout les moyens financiers pour construire sont en place, c'est la faute des banques si la situation est mauvaise "

Elle a oublié que les acheteurs ont de moins en moins de moyens pour acheter. Ils ont de moins en moins de sécurité d'emploi. Les prix sont beaucoup trop élevés et la baisse du pouvoir d'achat ne favorisent pas un engagement pour 25 ou 30 ans et +.

Comment expliquer que les bailleurs privés sont parfois moins chers que les bailleurs sociaux ?. Pourtant ces bailleurs sociaux obtiennent des aides importantes, le 1 % logement et les subventions des collectivités locales, voire européennes.

Il y a quelques temps madame Boutin et le Président Sarkozy s'étaient engagés à ouvrir une commission de contrôle de l'utilisation du 1 % ?. Pourquoi on en entend plus parlé ?.Elle aussi est passée à la trappe ?.

je remercie zen d'avoir pu me lâcher

jean marie

NOUVELLE GAUCHE ANGEVINE a dit…

Ce qui est certain, c'est qu'on aura l'année Antonini-Despagnet
Comme les dépenses augmentent, que la commune emprunte, il faut s'attendre à une forte augmentation des taux d'imposition aussi bien sur le foncier que sur la taxe d'habitation.
Ce qu'on ne nous a pas dit en mars, c'est qu'un an après il faut cracher au bassinet.
Même les pauvres vont payer, surtout les pauvres.

NOUVELLE DROITE ANGEVINE a dit…

A nouvelle gauche

je ne savais pas que les militants ump, nouveau centre et faux modem se regroupaient sous le terme de nouvelle gauche!
Votre titre et vos propos ne déstabilisent même pas, car vous êtes trop dans l'erreur. Vous en êtes rigolo!
Notre maire est plus dans l'aide aux plus pauvres que béchu qui augmente lui les impôts aux plus pauvres!

Au revoir petit charlot

JP a dit…

zen salut,

Tu avais bien raison de nous alerter depuis des mois sur Dexia
des licenciements et l' association qui devait profiter de cachet de Christophe Béchu devra se serrer la ceinture, pas de rémunération des administrateurs, des actionnaires rien quoi, que des licenciements 600 et une grosse casse financière pour les collectivités qui ont servi à alimenter le casino dexia ?.
Et si...
JP