mercredi 21 janvier 2009

Discours du 20 janvier 2009 du Président OBAMA

WASHINGTON - Voici le texte intégral du discours d'investiture du président Barack Obama traduit par l'AFP Chers compatriotes,
Je suis ici devant vous aujourd'hui empli d'un sentiment d'humilité face à la tâche qui nous attend, reconnaissant pour la confiance que vous m'avez témoignée et conscient des sacrifices consentis par nos ancêtres.Je remercie le président Bush pour ses services rendus à la nation ainsi que pour la générosité et la coopération dont il a fait preuve tout au long de cette passation de pouvoirs.Quarante-quatre Américains ont maintenant prêté le serment présidentiel. Ils l'ont fait alors que gonflait la houle de la prospérité sur les eaux calmes de la paix. Mais il arrive de temps à autre que ce serment soit prononcé alors que s'accumulent les nuages et que gronde la tempête.Dans ces moments, l'Amérique a gardé le cap, non seulement en raison de l'habileté ou de la vision de ses dirigeants, mais aussi parce que Nous le Peuple, sommes demeurés fidèles aux idéaux de nos ancêtres et à notre constitution.Ainsi en a-t-il toujours été. Ainsi doit-il en être pour la présente génération d'Américains.Nul n'ignore que nous sommes au beau milieu d'une crise. Notre nation est en guerre contre un vaste réseau de violence et de haine. Notre économie est gravement affaiblie, conséquence de la cupidité et de l'irresponsabilité de certains, mais aussi de notre échec collectif à faire des choix difficiles et à préparer la nation à une nouvelle ère. Des gens ont perdu leur maison ou leur emploi, des entreprises ont dû fermer leurs portes. Notre système de santé coûte trop cher. Nos écoles laissent tomber trop d'enfants et chaque jour apporte de nouvelles preuves que la façon dont nous utilisons l'énergie renforce nos adversaires et menace notre planète..... Pour lire la suite cliquez ici : http://zen49.blogspot.com/

4 commentaires:

Bonnet Phrygien a dit…

" La presse nationale discrète sur la rebellion sénatoriale "
16/01 sources Arrêt sur images

"Hier, en fin d’après-midi, le président de la République s’est pris simultanément et très précisément 329 coups de poignard : sur les 343 élus que compte le Sénat, 329 ont voté une augmentation de la redevance de 116 à 120 euros à compter de janvier 2010. Alors qu’à de multiples reprises Nicolas Sarkozy s’est fermement opposé à toute hausse, l’opposition de gauche, les centristes mais aussi son propre parti, l’UMP, ont voté l’augmentation. Seuls quatre sénateurs ont soutenu le Président en votant contre. Ouille. Pourtant, le week-end dernier encore, Nicolas Sarkozy balayait l’affaire de la hausse de la redevance: niet. Fort de ce refus élyséen, le président du groupe UMP Jean-François Copé s’en prenait aux sénateurs centristes. Le même Copé qui, en novembre, faisait un pari risqué: «Moi vivant, il n’y aura pas d’augmentation de la redevance télé.»"

CHANTER LA MARSEILLAISE AU PALAIS BOURBON, c'était cette nuit du 20 janvier 2009.
Rébellion du PS à l'Assemblée Nationale contre la limitation du droit d'amendements, un deni de démocratie ?.

La Vigie a dit…

Un copier/coller sur :
http://www.pieuchot.com/2007/05/rififi_dans_les.html
en bas de page, vous lirez un article intéressant sur " le porte-flingue de Sarko " comme le surnomme les Députés dans les couloirs de l'Assemblée Nationale

la vigie

le boursicoteur a dit…

(AOF / Funds) - " Dans une note concernant les risques qui pèsent sur les actions européennes, Natixis évoque l'hypothèse d'une hausse des taux d'intérêt à long terme.
«La hausse très forte des déficits publics mise en place en réaction à la crise pourrait faire apparaître des effets d'éviction ou un doute sur la solvabilité des Etats et une hausse des taux d'intérêt à long terme sur les dettes publiques», écrit l'analyste."

" Cependant, il estime que cette hausse n'apparaîtra pas. «Les investisseurs privés sont contraints de diriger l'épargne vers les titres publics, ce qui empêche la hausse des taux d'intérêt qui viendrait de l'excès d'offre d'obligations publiques», souligne Natixis.
«Quant à la solvabilité intertemporelle des Etats, elle est facile à assurer dans cet environnement de taux d'intérêts bas», estime l'analyste."

Ha si Natixis dit ça !, c'est loin d'être rassurant ?. Quand on voit leurs milliards partis en fumée et oser encore nous donner des avis, ce n'est pas sérieux !.

le boursicoteur

Anonyme a dit…

Les premières mesures prisent par Président Barack OBAMA sont à l'opposé de celles prises par notre Président Nicolas Sarkozy :

Après avoir suspendu les tribunaux militaires d'exception de Guantanamo, " une réduction d’impôts de 1.000 dollars (775 €) sera accordée à 95 % des ménages américains et une autre de 3.000 dollars (2.225 €) aux entreprises qui embauchent." La Croix

" OBAMA serre la ceinture de ses collaborateurs "

" Barack Obama a annoncé, hier, le " gel des salaires " de ses principaux collaborateurs, à l'heure où " les familles américaines sont obligées de se serrer la ceinture " sources Ouest-France "
" Il a aussi interdit aux fonctionnaires qui quitteraient la MAISON BLANCHE d'entrer au service de lobbies agissant auprès de la présidence " ....