mercredi 18 avril 2012

" Tous pourris", jamais notre démocratie n'aura aussi bien mérité cette insulte !. Un décret publié 15 jours avant le 1er tour de la Présidentielle, avez-vous entendu un député ou un sénateurs s'en offusquer ?..

COM... à tous les étudiantes et étudiants en droit, de France, de Navarre, d'Europe, du Maghreb et du Monde, vous souhaitez embrasser la carrière d'avocats, ne vous " emmerdez " plus !.
Vous savez lire et écrire sans trop faire de fautes d'orthographe et, une "honnête" comprenette, alors, avocat, c'est gagné à tout coup !. Il suffit de vous planquer en cherchant un poste d'attaché(e) parlementaire de tartempion et, attendre les délais requis de validation des "acquis" !.[ Choisir la facilité : si vous êtes enfant, cousin, en relation avec un parlementaire, un ministre, etc]. L'objet de mon ressentiment (Ma colère est expliquée dans un commentaire que je vais poster dans mon blog vers 10H15) [communication sur facebook]  En fin de ce commentaire sondage 2002, le spectre planerait-il sur le scrutin 2012... ?.

Honte à la France de Sarkozy-Fillon,
Profession avocat !!!

Une retraite pour les parlementaires battus ....?

Et après ça, en pleine campagne électorale, on vous dira que l'UMPS ne sont pas des complices ?. Ces politicards-là sont indignes d'occuper une fonction d'Etat. Un véritable affront à l'encontre de la République Française. " Tous pourris", jamais notre démocratie n'aura aussi bien mérité cette insulte !. Quel outrage aux bonnes moeurs et, ces députés et sénateurs, ils se veulent les garants de la moralité publique, je rêve !

Par décret n° 2012-441 du 3 avril 2012, le gouvernement a dispensé de la formation théorique et pratique du CAPA « les personnes justifiant de huit ans au moins d’exercice de responsabilité publiques les faisant directement participer à l’élaboration de la loi », comprenez : des parlementaires issus du monde politique.

De même, ce décret permet l’accès à la profession d’avocat dans les conditions prévues à l’article 98 des « collaborateurs de député ou assistants de sénateur justifiant avoir exercé une activité juridique à titre principal avec le statut de cadre pendant au moins huit ans dans ces fonctions ».



FORMATION : Un accès direct à la profession d'avocat pour « les faiseurs de loi » - Lextimes.fr

" Le décret permettant aux anciens ministres et parlementaires de devenir avocat sans formation ni examen a été publié ce matin au Journal officiel."....




TOCQUEVILLE MAGAZINE
LE FLASH

(A diffuser largement)
LUNDI 16 AVRIL 2012

AVOCATS EN COLERE

« L'actualité très brûlante nous conduit à évoquer de nouveau un des aspects de l'exception française, à savoir l'Enrichissement Personnel Indu (EPI) du groupe des prédateurs publics....»

[...] « DEVENIR AVOCAT SANS L'ETRE

Un décret du 3 avril 2012 publié au J.O. du 4 avril est ahurissant, car il bouscule totalement au profit de la caste les règles d'accès à la profession d'avocat.

C'est d'autant plus ahurissant que les divers candidats jurent que leur seule préoccupation est celle des intérêts du peuple français. Il est un autre sujet d'étonnement ; la justice est très malade et personne, parmi ces candidats, ne propose de remède efficace à la vraie déroute de cette tâche régalienne par excellence. Or, le décret sur la profession d'avocat est passé en catimini avec l'accord unanime des représentants patentés des deux principaux partis au pouvoir, ce qui est rarissime.

L'avocat est un auxiliaire de justice. Dans le cas général, pour être avocat et en revêtir la robe, chacun d'entre nous doit suivre une formation et passer l'examen du CAPA, ou certificat d'aptitude à la profession d'avocat. Ensuite, il doit s'inscrire à un barreau étant accepté par ses futurs pairs. Ce résumé du parcours le plus général est le fruit de plusieurs évolutions. L'ensemble du système est bien balisé et connu des spécialistes.

Le somptueux cadeau que les prédateurs se sont fait à eux-mêmes, par le truchement de ce décret, est le droit pour certains d'entre eux de devenir avocat sans passer par la voie normale.

Les ministres, les élus et les assistants parlementaires seront dispensés du passage par le CAPA s'ils justifient de huit ans au moins d'exercice de responsabilités politiques les faisant directement participer à l'élaboration de la loi. Personne ne peut savoir le chiffre exact des personnes ainsi favorisées et dont le nombre doit être considérable bien qu'incertain. Comme toujours l'imprécision des textes annonce de belles bagarres juridiques. Comment justifier les huit ans ? Gageons que des circulaires et des interprétations jurisprudentielles devront intervenir avec les incertitudes habituelles.

LES CONSEQUENCES

Les conséquences de ce vrai coup de force sont graves.

D'abord le beau service rendu à la société par les avocats perd de son lustre. Ensuite, les personnages qui voudront et pourront profiter de l'aubaine, éventuellement en grand nombre, n'exerceront pas vraiment le métier étant par définition incapables de le faire. Ces personnages se contenteront sans doute d'utiliser leur carnet d'adresses pour faire du lobbying. Rappelons que le lobbying et sa prospérité incroyable est l'un des effets négatifs de l'intervention abusive des États dans la vie des citoyens. Ces États disposant de pouvoirs intolérables, il n'est pas étonnant que des groupes organisés tentent de tirer la couverture à eux, parfois avec des moyens douteux.

Le prestige de la classe politique, déjà au plus bas, ne va rien y gagner. Selon le droit des gens, il s'agit d'un véritable vol puisque, si ce décret est maintenu et appliqué, l'on privera de leurs droits légitimes les personnes qui suivent la voie normale et l'on dépréciera le résultat de leurs efforts. Ce droit hors du commun peut tout doucement devenir un droit acquis pour les membres de la caste. C'est une forme nouvelle d'Enrichissement Personnel Indu (EPI). Il aura une « valeur marchande » considérable bien qu'impossible à évaluer.

La hâte avec laquelle ce décret est sorti en période pré-électorale, dans un accord pour une fois unanime, montre bien qu'il s'agissait de sauver les meubles pour les futurs perdants. » [...]

Michel de Poncins



C'est pour quand l'écrémage ?. La France croule sous ses dettes souveraines !. Cela ne la dérange pas de continuer à entretenir son overdose de surpopulation parlementaire !.


 
http://zen49.blogspot.com/
Courriel: fevrieralain@hotmail.fr

Mercredi 18 avril 2012, Nicolas Sarkozy sur RMC/BFMTV était "Interrogé sur le dernier sondage CSA qui le donne à 24% au premier tour, derrière François Hollande à 29% et devant Marine Le Pen à 17%, M. Sarkozy a affirmé que ce sondage était "contradictoire avec tous les autres, puisque tous lesautres me donnent devant" M. Hollande. "Mais peu importe, ça n'a pas de sens de commenter les uns parce qu'ils sont bons et les autres mauvais", a-t-il dit.". En 2002, souvenez-vous :

Sondage BVA du 19 avril 2002
Jacques Chirac : 19 %
Lionel Jospin : 18 %
Jean-Marie Le Pen : 14 %

Résultats du 21 avril 2002 (1er tour)
Jacques Chirac : 19,88 %
Lionel Jospin : 16,18 %
Jean-Marie Le Pen : 16,86%

1 commentaire:

zen a dit…

Mercredi 18 avril 2012, Nicolas Sarkozy sur RMC/BFMTV

était "Interrogé sur le dernier sondage CSA qui le donne à 24% au premier tour, derrière François Hollande à 29% et devant Marine Le Pen à 17%, M. Sarkozy a affirmé que ce sondage était
"contradictoire avec tous les autres, puisque tous lesautres me donnent devant" M. Hollande. "Mais peu importe, ça n'a pas de sens de commenter les uns parce qu'ils sont bons et les autres mauvais", a-t-il dit.".

En 2002, souvenez-vous :

Sondage BVA du 19 avril 2002
Jacques Chirac : 19 %
Lionel Jospin : 18 %
Jean-Marie Le Pen : 14 %

Résultats du 21 avril 2002 (1er tour)
Jacques Chirac : 19,88 %
Lionel Jospin : 16,18 %
Jean-Marie Le Pen : 16,86%