samedi 14 janvier 2012

Dettes souveraines et taux d'intérêts flambent !, François Bayrou à la trappe, Jules Renard "pas argenté !", Justice et chers élus vus par un investigateur, Le pire est à venir pour la zone euro...



Inquiétudes dissimulées par le Gouvernement Français mais qui sont bien réelles aujourd'hui.

Hier soir sur France 2, un vendredi 13 et à 100 jours du premier tour de la Présidentielle, il fallait entendre François Baroin, ministre français des Finances, exprimer sa demi-surprise et, son insolente assurance : « Ce n'est pas une bonne nouvelle" mais ce n'est "pas une catastrophe" ». Pourtant le 5 décembre 2011, Standard & Poor's souhaitait déjà baisser la note de la France de deux crans !.
Comment peut-on encore croire le premier ministre Fillon et la ministre du Budget, Valérie Pécresse, quand ils affirmaient, hier soir, à la sortie d'une énième réunion de crise : "Ce ne sont pas les agences de notation qui dictent la politique de la France" ?.
Les conséquences sur la vie des français seront multiples et sur la solvabilité des Etats de la zone euro, elles vont peser lourdement dans les semaines à venir.

Le jour où les agences financières de notations Fitch et Moody's vont rejoindre la position de Standard & Poor's, les Etats de la zone euro, en surendettement permanent et croissant, ils ne pourront éviter un krach financier et une débâcle sociale.

Peut-être avez-vous entendu l'argument «choc» de François Baroin, qui n'hésite pas une seconde, à comparer la perte des trois AAA des Etats-Unis avec celle de la France !. Il oublie que les U.S.A. disposent de la planche à billets, que ces 330 millions d'habitants sont gouvernés par la Maison Blanche et, par beaucoup moins de parlementaires qu'en France, avec seulement 65 millions d'habitants, que la population parle la même langue, que le patriotisme américain est une évidence...

Il est possible que cette fois encore, François Bayrou passe à la trappe !. Ce n'est pas le ralliement de ces soldeurs de vestes qui sont passés de l'UDF à l'UMP, puis débauchés par Sarkozy pour revenir dans giron Modem, le dernier en date Doust-Blaz !, qui va favoriser la clarté de son engagement !. Déçu une fois pas deux, François..., même tes amis angevins qui t'avaient trahi pour rejoindre l'UMP Ch.Béchu, ils ont le doigt sur le starter pour courir avec le modem !. Je n'ai pas encore vu qu' entretenir la culture du loser soit un bon moyen pour obtenir une bonne récolte !.

En cette période cahotante, l'autodérision de " JULES RENARD, ce Maupassant de poche !" serait la bienvenue


Histoire de réveiller quelque conscience politique, oui, oui,  tout n'est pas encore perdu !. 
J.RENARD : " Si, au lieu de gagner beaucoup d'argent pour vivre, nous tâchions de vivre avec peu d'argent"

Comment peut-on encore croire le premier ministre Fillon et la ministre du Budget, Valérie Pécresse, quand ils affirmaient, hier soir, à la sortie d'une énième réunion de crise : "Ce ne sont pas les agences de notation qui dictent la politique de la France" ?.
Les conséquences sur la vie des français seront multiples et sur la solvabilité des Etats de la zone euro, elles vont peser lourdement dans les semaines à venir.

J.RENARD : " Dis quelques fois la vérité, afin qu'on te croie quand tu mentiras "

Hier soir sur France 2, un vendredi 13 et à 100 jours du premier tour de la Présidentielle, il fallait entendre François Baroin, ministre français des Finances, exprimer sa demi-surprise et, son insolente assurance : « Ce n'est pas une bonne nouvelle" mais ce n'est "pas une catastrophe" ». Pourtant le 5 décembre 2011, Standard & Poor's souhaitait déjà baisser la note de la France de deux crans !.

J.RENARD : " Il y a, sur ma table, des pensées dans un verre de champagne. Ce doit être un symbole. Il faut faire la noce de temps en temps pour s'épurer l'intelligence."

Comment peuvent-ils parler ou écrirent au nom des autres, nos politiques seraient-ils des ascètes ?. Ecoutez-les dire : " les français pensent ceci ou cela, les français n'aiment pas ceci ou cela..".
Les Français veulent être gouvernés par des femmes et des hommes politiques compétents, honnêtes et, qui ne soient pas au-dessus des lois votées par eux, du moins par les parlementaires présents à l'Assemblée Nationale ou au Palais du Luxembourg. 

J. RENARD : " Que fait l'oiseau dans la tempête ?. Il ne se cramponne pas à la branche ; il suit la tempête "

Pour les partisans de l'euro-mark qui s'accroche à la monnaie unique. Après la tempête, il faut faire un inventaire des dégâts. Il arrive qu'après des successions de tempêtes, les territoires deviennent impropres à toute restauration de quelque nature que ce soit !.

J. RENARD : " Le mot juste ! Le mot juste ! Quelle économie de papier le jour où une loi obligera les écivains [et les politiques] à ne se servir que du mot juste !."
Pour ces personnalités politiques qui réagissent aux accidents de la vie au quart de tour

 «...Vincent Quivy a enquêté, du petit tribunal de province au redouté pôle financier de Paris, des voleurs de soupe aux amis du pouvoir et, décrit, exemples à l’appui, le fonctionnement et les enjeux de la Justice sous Sarkozy....»

Une découverte tardive de ce journaliste "investigateur", Vincent Quivy, j'apprécie les citoyens engagés qui maîtrise la dialectique tout en respectant les individus. A quelques exceptions près, il manque de journalistes engagés pour secouer le cocotier dans le milieu politico-médiatique et financier.

Je reprendrais une citation de Jules Renard pour qualifier ma première approche de vos publications : " Quand un homme a prouvé qu'il a du talent, il lui reste à prouver qu'il sait s'en servir ". A mon humble avis, ce journaliste est sur la bonne voie !.

« Des responsables locaux au président de la République, des ministres aux parlementaires, il constitue un monde à part, une sorte de bastion imprenable et opaque qu’il est mal vu, en France, d’éclairer trop vivement. Derrière les indemnités affichées, se cachent nombre d’avantages et de « compléments » que les représentants de la République, en toute discrétion, n’hésitent pas à maintenir malgré les annonces de réforme.»

http://republiquedespitres.blog.lemonde.fr/chut/
Puis ça devient une catastrophe pour 85 % des citoyens !

Le 11 janvier 2012 :

Le pire à venir pour la zone euro, selon des économistes

LONDRES (Reuters) - Le pire de la crise de la dette est à venir mais la zone euro survivra à 2012, montre une enquête menée par Reuters auprès d'économistes, qui estiment par ailleurs que la France va probablement perdre sa note de crédit "triple A". Seuls neuf économistes sur 64 interrogés jugent que le plus dur est passé pour la zone euro, mais seuls 10 d'entre eux s'attendent à ce que l'union monétaire s'effondre cette année. Une grande majorité des sondés prévoient que la France perdra sa note maximale "AAA" dans les trois prochains mois, et anticipent également un nouvel abaissement des notations de la Belgique, de l'Italie et de l'Espagne. Ainsi, 18 économistes sur 59 jugent l'abaissement de la note française au premier trimestre "hautement probable" et 33 l'estiment "probable"....etc

http://zen49.blogspot.com/
Courriel : fevrieralain@hotmail.fr

2 commentaires:

Anonyme a dit…

on est dans la merde pas eux, ceux qui nous y ont mis

zen a dit…

Cher anonyme,tu as raison, mais tu vas continuer à voter pour ceux qui t'on mis dans la merde...!