mardi 6 septembre 2011

Fillon : "accord trouvé sur tous les points" du collectif budgétaire

Surprenant - Etonnant, ce n'est pas la première fois que ce blog parle  du futur remplacement de Jean-Claude TRICHET
Il serait bon que François Fillon et le gouvernement remettent en question la nomination de monsieur Mario Draghi à la tête de la BCE, en remplacement de monsieur Jean-Claude Trichet, même si c'est un choix du président Sarkozy !. Mario Draghi devrait exercer son mandat de patron de la banque européenne de novembre 2011 jusqu'en 2019 ?.

" Rappelons pour l’anecdote que Mario Draghi a occupé un poste chez Goldman Sachs de 2002 à 2005. Espérons qu’il n’a pas gardé de grandes connivences avec cette banque à la réputation sulfureuse". sources  ProfesseurForex.

"Actuellement gouverneur de la banque centrale d'Italie, Mario Draghi  avait été vice-président de Goldman Sachs pour la branche européenne de la banque américaine ?. La banque d'affaires a notamment aidé la Grèce à dissimuler son déficit public via un procédé relevant, pour le moins, de l'inventivité comptable. Il est à noter que Mario Draghi a nié toute implication dans l'affaire "" sources Wilkipédia

Un optimisme à la Lagarde et à la Barouin...?.
Fillon : "accord trouvé sur tous les points" du collectif budgétaire

" Le Premier ministre, François Fillon, a déclaré mardi qu' "un accord a été trouvé sur tous les points" du collectif budgétaire avec les députés de la majorité et leur a demandé de retirer les amendements ne rentrant pas dans ce cadre, selon des sources proches du groupe UMP."...

http://www.boursorama.com/infos/actualites/detail_actu_marches.phtml?num=7cee654770474a835a9d0bc3d3f77d1a#.TmYHDVJinfs.blogger

http://zen49.blogspot.com/
Courriel privé : fevrieralain@hotmail.fr

3 commentaires:

Anonyme a dit…

SOS François, le gouvernail de la France est brisé

« Hollande dénonce le plan de rigueur, reçoit le soutien de (Michel) Vauzelle :

..."Avant de faire des règles d'or, il faudrait faire une politique en or", a ironisé le député de Corrèze quelques heures avant l'examen à l'Assemblée des mesures de rigueur du gouvernement applicables en 2011.

"On attendait un cap, nous avons un horizon à quelques jours. On attendait de la cohérence et du courage. Nous avons des négociations et la victoire des lobbyistes", a ajouté M. Hollande, en déplorant que le collectif budgétaire épargne les plus privilégiés François Hollande

http://www.boursorama.com/international/detail_
actu_intern.phtml?num=79a4b8996648372c11c676e4155bde57

zen a dit…

http://democratie.exprimetoi.net/t69-finances-loi-pompidou-1973-l-article-104-du-traite-de-maastricht#120

Article 104 du traité de Maastricht
La loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973

Les banquiers placent des hommes au cœur des Etats et privatisent la création monétaire. George Pompidou était banquier avant d’être président, il travailla au sein du gouvernement français et continua plusieurs années à travailler au service de la banque Rotschild
(1954 à 1958 et de 1959 à 1962). On imagine aisément les conflits d'intérêts résultant de ce double emploi et ayant pour point culminant la loi Pompidou giscard qui redonne le droit aux banques privées de prêter à l'état français. La France redevient donc à nouveau sous l’emprise
financière des banquiers.

La loi en bref : L'état français est obligé d'emprunter aux banques privés à des taux souvent très supérieurs à ce que la banque de France proposait. Le contribuable français paye donc ces intérêts aux banques via les impôts, c'est ce qui pourrait s'appeler une taxe bancaire déguisée ...

zen a dit…

suite

Et bien sûr, cette loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973 a
son équivalent dans la constitution Européenne : C'est l'article 123 du Traité de Lisbonne ou l'article 104 du traité de Maastricht qui sont
exactement la même loi mais pour tous les états membres cette fois,

Etienne Chouard en parle dans ses dernières conférences."
_________________________________

Comment réagissent les politiques quand on leur propose de redonner à l'état le pouvoir de création monétaire que ce dernier n'aurait jamais dû perdre depuis le changement de statut de la banque de France en janvier 1973 ! Les funestes articles 104 de Maastricht et 123 de Lisbonne ont par la suite porté au niveau européen cette arnaque
monumentale dont encore trop peu de gens ont conscience tant le lavage de cerveau de la pensée unique fonctionne bien !

Sans les intérêts iniques à rembourser, la dette publique française n'existerait pas !
Merci
à "We are change Paris" et à "Radio ici et maintenant" dont cette courte vidéo n'est qu'une simple concaténation d'extraits choisis.
Merci à André-Jacques Holbecq pour le tract ci-dessous à distribuer à tous les citoyens :
http://monnaie.wikispaces.com/file/view/tract
detteNB.pdf