mardi 28 juin 2011

Le Français moyen va-t-il encore supporter d'être pris pour un Jacques Bonhomme, bien longtemps ?

Pour COTRA-GTI-KEOLIS, l'édito de l'ancien directeur, monsieur Jean-Jacques Bouttereux commençait toujours par «au fil de l'eau». Aujourd'hui, pour moi, ce sera «à contre-courant»!

La fin du XXème siècle et le début du XXIème ont vu les hommes produirent de plus en plus grâce aux nouvelles machines et à la robotisation. Les émigrants désirés, refoulés et, de nouveau sollicités principalement par les grandes entreprises, ils ne sont utlisés que dans le but de freiner la hausse des salaires, voire de les diminuer !. Et le chômage dans tout ça, ça permet principalement à ces sociétés d'afficher leur bonne conscience et, de justifier leur politique de régression sociale.( Ah la crise, cette éternelle crise qui rend les riches encore plus riches et, les pauvres encore plus pauvres ! ).

Cette méthode n'est pas propre à ces sociétés nationales et internationales. Elle a été adoptée par des hommes politiques de droite comme de gauche, depuis une trentaine d'années. Vous êtes vous déjà posé cette question : pourquoi le revenu moyen des ménages dans le bassin angevin est -il si faible?. Il faudrait remonter à l'époque de la succession de Jean Turc, dernier maire de la droite angevine.
Afin d'attirer des entreprises sur Angers et aux alentours, la politique salariale du « roi » Jean, bien aidée dans sa tâche par ses amis syndicalistes cédétistes, elle a toujours été d'aider matériellement et fiscalement les nouvelles implantations industrielles tout en privilégiant, voire en encourageant la modération salariale.Le résultat est probant aujourd'hui, bon nombre de ces grandes entreprises en ont bien profité, puis elles sont parties vers d'autres horizons. Cette main-mise municipale-syndicale sur la politique salariale du bassin angevin a favorisé le développement d'un impérialisme des pauvres. Et, si cette idéologie débouchait gentiment sur un autoritarisme fascisant ?. Si l'on veut espérer sourire à l'avenir, c'est peut-être le moment d'ôter le voile sur ce passé peu réjouissant pour le pouvoir d'achat des angevins.

http://zen49.blogspot.com/
Courriel privé : fevrieralain@hotmail.fr
Souvenirs de 2003, grève à la Cotra

http://www.lineoz.net/forum/viewtopic.php?f=16&t=3008#p45803

RE : GREVE à ANGERS
de FLG :


17 Déc 2003 13:32


Article de J.-M. H.

Bus : de nouveaux débrayages prévus
Les syndicats réclament l'ancienneté pour la prime ...
« Ce n'est pas très sympa pour nos clients, reconnaît Paul Dessome, de la CFDT. Mais c'est le seul moyen de nous faire entendre. » Les syndicats CFDT, CGT et CFTC réclament une ancienneté sur leur prime annuelle qui s'élève, en moyenne, à 1 600 €. « Cela ferait de l'ordre de 150 € de plus par an, calcule Paul Dessome. Ce n'est pas cela qui va mettre en péril l'entreprise. Surtout que les cadres ont déjà été gratifiés d'une augmentation conséquente. » ... lire la suite sur le lien ci-dessus 
Photo TV5
Pour tordre le coup aux nombreuses polémiques sur les 35 Heures, j'affirme que les grands gagnants ont été les grandes entreprises qui ont obtenu un dégrèvement de charges patronales de -11 %. Cela a été surtout une aubaine pour ces grands groupes, l'annualisation du temps de travail.

L'UMP et le Président Sarkozy oublient volontairement que c'est leur loi TEPA qui a contribué à l'asphyxie de nos régimes sociaux. Ces personnalités politiques qui ne cessent de comparer l'Allemagne à la France, elles devraient se souvenir que les salariés allemands travaillaient déjà moins que les salariés français, à l'époque du passage aux 35 H. 

Pouvoir d'acheter des Français de 1980 à 2010 :

FRANCE-INFLATION.com


Evolution du SMIC depuis 1980
SMIC = Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance.
SMIC mensuel = SMIC horaire x 151.67 Heures depuis le passage à 35h

En général, le SMIC est revu chaque année vers Juillet.
Son augmentation est consignée dans le JO (Journal Officiel).

Entre 2002 et 2003, le SMIC mensuel a baissé de 5.5%
Le rattrapage s'est ensuite effectué sur 3 ans

http://www.france-inflation.com/smic.php  

3 commentaires:

zen a dit…

La hausse des demandeurs d'emploi incite à redoubler d'efforts (Bertrand)

http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=cc8ae075333e5d7697519dc6155c4f40

"Le nombre de demandeurs d'emploi sans activité a augmenté en mai de 0,7% à 2,686 millions et le total des demandeurs incluant ceux ayant eu une activité réduite a bondi de 1% à 4,078 millions, selon les chiffres du ministère du Travail.". Les 35 H avaient créé plus de 300 000 emplois et, en 2001, les comptes de la S.S. étaient à l'équilibre.

zen a dit…

http://www.capital.fr/immobilier/actualites/louer-un-logement-finance-avec-un-pret-a-taux-zero-les-regles-a-connaitre-592463

Louer un logement financé avec un prêt à taux zéro, les règles à connaître

Gare aux locations non déclarées
...En cas de changement d’affectation de votre logement, vous êtes tenu d’informer votre banque. Sachez toutefois que les banques repèrent facilement un propriétaire qui n’habite plus son logement. "Les resquilleurs seront obligés de rembourser l’intégralité de leur prêt", prévient Christine Passeman, responsable de l’offre accession du Crédit Foncier....
Capital.fr

zen a dit…

La bulle immobilière est entretenue par les pouvoirs publics !. Les revenus de leurs électeurs sont plutôt soumis à la récession économique. Ne pas se rendre compte du phénomène, c'est une grave faute politique.

Ph Dallier : "... Nous devons également nous interroger sur l’impact des aides personnelles au logement sur cette hausse des loyers. Elles facilitent dans certains cas leur progression. Certes l’APL est plafonnée, mais devons-nous la verser quel que soit le montant du loyer ? Entre les APL et les aides des collectivités, chaque année près de 7 milliards d’euros sont ainsi débloqués à l’aveugle. Nous arrivons à des aberrations. Récemment, dans ma commune, j’ai découvert qu’un meublé de 50 mètres carrés était loué 2.000 euros par mois à une femme seule vivant avec six enfants. Pour payer ce loyer exhorbitant, le locataire touchait 800 euros du Conseil général et près de 650 euros d’APL ! Les aides publiques doivent-elles permettre cela ?... Article complet à lire sous le lien :

http://www.capital.fr/immobilier/interviews/les-aides-au-logement-peuvent-avoir-un-impact-sur-les-hausses-des-loyers-610406