lundi 22 octobre 2012

Bilan de six mois de pleins pouvoirs de la gauche PS-EELV...!


Avoir donné les pleins pouvoirs au PS, une fraction minoritaire dans la population, les français vont vite s'apercevoir de leur bévue !. A peine, six mois après l'élection présidentielle et, au lieu de s'attaquer au véritable fléau économique et social, on voit fleurir des doctrines pernicieuses. A cela, s'ajoutent une augmention de la violence gratuite et une recrudescence des conflits confessionnels.

Le Gouvernement PS-EELV et ses différentes composantes éclatent de santé dans les bousculades des idées reçues en matière de «mariage» entre personnes du même sexe, de blanchiement d'argent de la drogue, de la dépénalisation du cannabis, d'ouverture de salles de «shoot», disons plutôt de salles de mal-être, de mal-aimés et du mal de vivre, le tout aux frais de la SS et du contribuable, qui, lui, n'a aucun droit au chapître !.

9 sur 10, c'est la note fiscale donnée aux français [exonérés d'augmentation d'impôts et taxes] par le premier ministre Ayrault !. L'espace d'un matin aura été suffisant à désenchanter les français !.

Opposition d'hier à l'UMP, le PS qui vient, à peine, d'obtenir tous les pouvoirs régaliens et républicains, montre déjà son incapacité à parler d'une même voix. Le miracle présidentiel de la gauche aura été de faire croire à l'électorat français que la détérioration de la situation économique et sociale de la France se règlerait grâce à la renégociation du Traité Européen par François Hollande ?.

Palais Bourbon
Prendre le relais d'une droite sarkozienne n'était pas une mince affaire. Chacun d'entre nous constate que la politique économique et sociale, engagée par la gauche hollandaise, manque cruellement de projections véritablement objectives, à court et à plus long terme.

Jardins du Palais du Luxembourg
Dans ces conditions, redonner confiance aux français relève-t-il d'un second miracle ?. La première espérance ne serait-elle pas de briser l'utopie sociale en abolissant les nombreuses prérogatives accordées à Berlin, à Bruxelles et à la BCE ?. Ces pressantes interventions auprès des Institutions européennes devraient être rapidement suivies d'une véritable amputation du millefeuille politique français. Il pèse de plus en plus sur les finances publiques et sur celles des collectivités locales. De plus, la multiplication des strates nuit gravement à la prise rapide de décisions. A ces importantes réformes, seule une refonte de la fiscalité citoyenne devient une priorité, de plus en plus urgente, pour combattre l'incesssante croissance des injustices sociales.


Pour reprendre l'expression qu'aurait dit monsieur le nouveau secrétaire général du PS sur une radio :

Le passage à 3% du déficit public par rapport au PIB : «c'est une étape qui peut se produire à un moment ou à un autre"
Pasticher :
L'explosion sociale en France : c'est une étape qui peut se produire à un moment ou à un autre !
http://zen49.blogspot.com/
Courriel : fevrieralain@hotmail.fr

1 commentaire:

zen a dit…

" Une écrasante majorité d'Allemands (96%) estiment que la crise dans la zone euro n'est pas encore surmontée, selon un sondage de l'institut Forsa pour le magazine Stern.

Seuls 3% assurent que les problèmes traversés par la zone euro sont maintenant résolus, selon cetet étude."...

http://www.boursorama.com/actualites/zone-euro-96-des-allemands-assurent-que-la-crise-n-est-pas-finie-58e7b2558139b70e3f11568cf7fa2c9a